Malgré la crise écologique, on continue de construire du neuf et de détruire l'ancien.

Faute de temps pour réfléchir à la réhabilitation, la question de l'énergie grise des batiments existants est passée sous silence.

Pourtant, mettre la créativité au service du déjà-construit est écologiquement très rentable et peut donner des résultats ingénieux et exemplaires.

Contrairement à une idée reçue, détruire au motif de reconstruire du très économe en énergie n'est pas toujours un gain environnemental.

En effet, la Société Suisse des Ingénieurs et Architecte (SIA) vient d'éditer une nouvelle norme dédiée à l'énergie grise dans laquelle il est écrit :

  • les maisons modernes à très bas profils énergétique ne consomment aujourd'hui pas plus de 12 kWh/m².an. En revanche, l'énergie grise investie dans un nouveau bâtiment sous forme de matériaux de construction et d'installations est généralement compris -rapportée à la durée d'utilisation- entre 22 et 27 kWh/m².an.

L'énergie grise de construction neuve performante représente donc 2 fois plus de watts que la consommation de ce bâtiment, d'où l'intérêt de rénover une structure ancienne.

(extrait de Energie grise Ecologik n° 16 - août/septembre 2010)

__________________________________________________________________________________________________________________________