Lors de son discours de clôture du sommet de la construction organisé par la FFB, le 1er Ministre Manuel Valls a annoncé qu'il repoussait de 3 ans le délai de mise en conformité des bâtiments collectifs à la norme RT 2012.

En effet, même si depuis le 1er janvier 2013, les bâtiments neufs à usage d'habitation doivent avoir une consommation moyenne d'énergieprimaire d'un maximum de 50 kWh/m².an (attention, il s'agit d'une moyenne car il existe des objectifs différents en fonction de 8 zones géographiques), les logements collectifs bénéficiaient d'une dérogation jusqu'au 1er janvier 2015 portant cette moyenne à 57,5 kWh/m².an.

Cette échéance est reportée au 1er janvier 2018.

________________________________________________

source : Le Particulier Immobilier - décembre 2014 - n° 304

________________________________________________

Cette nouvelle dérogation va à rebours de la mise en place de la future RT 2020 et du projet loi sur la transition énergétique qui prévoit d'avancer la mise en œuvre des bâtiments à énergie positive, prévue normalement pour 2020.

C'est un retour en arrière et un mauvais coup porté aux énergies renouvelables, qui ne rendront que plus difficile le passage aux bâtiments à énergie positive imposé par la directive européenne sur l'efficacité énergétique dès 2020 pour l'ensemble des bâtiments neufs.

Depuis l'avènement de la RT 2012, les marchés du solaire thermique et photovoltaïque en collectif neuf s'effondrent, d'une part, en raison de cette dérogation, d'autre part, parce que la RT 2012 n’impose pas la mise en œuvre d’EnR en collectif neuf.

________________________________________________________________________

source : http://www.lesenr.fr/les-actualites/777-rt2012-derogation-logements-collectifs.html

________________________________________________________________________