Bien qu'appréciées des touristes, les maisons à pan de bois du centre ville de Rennes (qui s'étend sur quelques 60 hectares) sont bien malades. Derrière les façades pour cartes postales se cachent une autre réalité puisque les structures sont atteintes dans leur solidité.

Bien que l'article paru dans 20 minutes de vendredi 19 février dernier (n° 2952 www.20minutes.fr) fasse état de "Etouffés par les enduits, alourdies par l'installation de salles de bains ou de toilettes, les ossatures du Moyen-Age menacent de s'effondrer", ce n'est pas tout à fait la réalité des pathologies rencontrées même s'il y a un peu de vrai.

Le malheur de ses immeubles, non pas du Moyen-âge mais plutôt du XVII èmes siècles, résident essentiellement dans une absence totale d'entretien durant plusieurs décennies.

En effet, dans la nuit du 23 au 24 décembre 1720, un incendie détruit 30 rues et 945 maisons du centre médiéval de Rennes. La reconstruction et les transformations subies par le bâti au fil du temps laissent un héritage architectural fragile aux Rennais du XXIème siècle.

Les propriétaires, majoritairement bailleurs, n'ont pas franchement souhaité investir dans l'entretien de leur immeuble pourtant très fragilisés puisque constitués de bois et remplissage en torchis. De surcroît, les enduits à base de ciment qui ont pu être mis en oeuvre à une certaine époque se sont révélés une calamité pour la respiration des murs empêchant l'humidité de s'échapper et créant ainsi toute sles conditions pour favoriser le développement de champignon lignivore.

Au surplus, les salles de bains et autres cabinets de toilette, ne seraient pas en cause s'ils ne généraient de nombreux dégâts des eaux qui ont pour conséquences directes d'importants désordres sur les ouvrages porteurs en bois que sont les murs et les planchers.

Enfin, et non des moindres, les transformations et autres rénovations, plutôt des caches misères, n'ont pas toujours été exécutées dans les règles de l'art. 

Selon un communiqué de la ville de Rennes, à l’issue de la 1ère opération Rennes centre ancien, en 2016, 500 immeubles sont toujours identifiés comme dégradés.

La nouvelle opération d’aménagement vise à poursuivre les interventions menées depuis 2011, avec des objectifs renforcés et enrichis ; 150 immeubles à réhabiliter (soit plus de 1 000 logements) et un accompagnement préventif adapté pour 35 immeubles avec 25 millions d’euros de subventions publiques.

Ce qui, soit dit en passant, n'est pas sans poser une question de fond : est-ce à la collectivité de se substituer au défaut d'entretien des propriétaires ?

Réponse : acheter dans l'ancien, n'entretenez pas votre immeuble, laissez-le se dégrader et les finances publiques, par vos impôts, se chargeront de régler une grosse partie du coût de la remise en état !

Avec 21 000 habitants dans le centre-ville dont 9 000 dans le centre ancien, le centre-ville de Rennes est le quartier le plus dense de la ville. Premier pôle commercial de la Bretagne, le centre-ville est aussi attractif par la qualité de ses espaces publics, son accessibilité et par le patrimoine historique qu’il représente.

Au cœur de la ville et de sa transformation, le centre ancien voit aussi le rayonnement de Rennes se développer à travers la construction du Centre des congrès, le creusement de la seconde ligne de métro qui le desservira sur deux stations, et sa proximité avec la Cité internationale Paul Ricœur ou encore la nouvelle gare de Rennes qui accueillera le TGV en 2017.

Les interventions se concentreront en priorité sur différents secteurs (voir carte ci-dessous) :

  • Saint-Michel Pont-aux-Foulons Penhoët Sainte-Anne Saint-Georges Sur ces ilots, une forte concentration d’immeubles très dégradés et dégradés est observée. Il s’agit principalement d’immeubles à pans de bois, fragilisés par un cumul de pathologies (structurelles, sécuritaires, d’insalubrité…). Sur ces ilots, l’imbrication de problématiques techniques et foncières et de conflits d’usages confère un niveau de complexité supplémentaire à la nécessaire réhabilitation du bâti ;
  • Saint-Melaine Cathédrale Visitation Saint-Malo Pré-Botté Vasselot Moins exposés aux conflits d’usages dans ces secteurs moins commerçants, les immeubles y présentent néanmoins des pathologies de bâti importantes.

rennes centre

2016-2023 : Renouvellement de l’opération Rennes centre ancien est un communiqué de la Mairie de Rennes

(http://www.unidivers.fr/rennes-centre-ancien-2023-renovation/)

____________________________________________________________________________________________________________________________